L'ambassadeur ANDRE JANIER

Publié le par inconu

Au lendemain de la prise de la Résolution 1782 par le Conseil de sécurité de l’ONU, reconduisant l’embargo sur les armes et le diamant en Côte d’Ivoire et la menace de sanctions ciblées contre ceux qui feraient obstacle au processus de paix, l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire a été reçu en audience par le Président Laurent Gbagbo, hier. A sa sortie, le diplomate s’est voulu clair sur le caractère unanime de la décision du Conseil onusien. Il écarte en outre toute polémique sur un supposé rôle de la France dans la reconduction de l’embargo. «J’ai expliqué au Chef de l’Etat que cette Résolution a été prise à l’unanimité des 15 pays membres du Conseil de sécurité. Il n’y a pas eu de débats ces deux dernières semaines sur le principe de l’embargo», dira-t-il. Aussi, explique-t-il que le Conseil s’est donné une marge de 6 à 12 mois pour évaluer les avancées du processus de paix hérité de l’Accord de Ouagadougou. Le consensus ayant porté sur l’examen des progrès du processus. Et que la France s’y est «résolument inscrite à l’instar des pays comme l’Afrique du Sud, la Chine, le Ghana, etc. », a-t-il tenu à faire remarquer. En outre, il affirme que la levée des sanctions individuelles n’était pas du tout à l’ordre du jour.

Commenter cet article