Carte d’identité, carte d’électeur : Le CEA choisit un opérateur français

Publié le par inconu

L’opérateur technique choisi pour la confection des cartes d’identité et des cartes d’électeur en Côte d’Ivoire est l’opérateur français SAGEM. «Ce choix a été fait ; mais il reste maintenant à le formaliser dans un accord complétentaire et ensuite à faire signer un décret par le Président Gbgbo», a fait remarquer le ministre burkinabé des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, Djibrill Bassolé, hier, au terme de la troisième réunion du Comité d’évaluation et d’accompagnement à Ouagadougou.
Le ministre burkinabé, par ailleurs un des grands artisans de l’Accord politique de Ouaga, a expliqué la lenteur de la communauté internationale dans l’accompagnement de l’application dudit Accord par le fait qu’ « il y a un certain nombre d’actions pratiques à mener sur le terrain pour que l’adhésion de nos partenaires soit totale. Il s’agit de l’identification, la sécurisation, le regroupement des ex-combattants et leur réintégration».
S’agissant des grades des Forces nouvelles, Djibrill Bassolé a fait observer qu’a la date d’aujourd’hui, «le Centre de commandement intégré (CCI) est en train de régler la question qui est avant tout d’ordre militaire et qu’il faut traiter dans un cadre approprié».
Les participants à la réunion d’hier ont décidé de tenir des réunions de concertation hebdomadaires suivies de points de presse afin de donner une meilleure visibilité de la mise en œuvre de l’accord de paix.
Le ministre Désiré Tagro, qui représentait le Chef de l’Etat, a déclaré au terme de la rencontre : « Nous avons constaté la volonté des parties de continuer avec détermination à mettre en œuvre l’Accord de Ouaga et à tout faire pour mettre en œuvre ce qui ne l’a pas été ».
S’agissant de la reconstruction des fichiers de l’état civil détruits pendant la crise, il a été convenu de lancer cette opération dans «les meilleurs délais». Il a été, en outre, convenu d’accélérer le redéploiement de l’administration financière et douanière sur l’ensemble du territoire, sur la base de l’unicité de caisses. Et de confier la sécurisation des opérations liées au processus de paix au Centre de commandement intégré.
Le CEA s’est félicité de la mesure de suppression de la carte de séjour par le Président de la République. Et a lancé un appel à la communauté internationale afin qu’elle apporte un soutien décisif à l’application de l’Accord de paix et au processus de sortie de crise dans son ensemble.
Le Comité d’évaluation et d’accompagnement, pour mémoire, est composé des signataires de l’Accord de Ouaga que sont les Présidents Laurent Gbagbo et Blaise Compaoré et le Premier ministre Soro Guillaume, secrétaire général des Forces nouvelles. Ont pris part à la réunion d’hier : les ministres Désiré Tagro et Louis-André Dacoury Tabley qui représentaient respectivement le Chef de l’Etat ivoirien et son Premier ministre. Du côté burkinabé, on notait la présence du Président Blaise Compaoré, du ministre Djibrill Bassolé ainsi que du représentant spécial du facilitateur à Abidjan, Bouréima Badini.

Publié dans politique

Commenter cet article