Visite en Côte d`Ivoire du ministre français de la Défense

Publié le par inconu

herve-morin.jpgABIDJAN - Le ministre français de la Défense Hervé Morin va effectuer à partir de mercredi soir une visite de 24 heures en Côte d`Ivoire où il doit encontrer les autorités ivoiriennes et rendre visite aux troupes françaises sur place, a-t-on appris de source militaire française à Abidjan.

Pour son premier déplacement en Afrique en tant que ministre, M. Morin devait être reçu dans la soirée de mercredi par le président Laurent Gbagbo, a précisé le commandement de Licorne, l`opération militaire française dans le pays.

Le ministre doit rencontrer jeudi le Premier ministre Guillaume Soro, chef de l`ancienne rébellion des Forces nouvelles (FN), ainsi que le commandant militaire de l`Opération des Nations unies en Côte d`Ivoire (Onuci), le général Fernand Marcel Amoussou.

M. Morin va assister jeudi à une démonstration des troupes de Licorne qui dispose de 2.400 soldats.

La force Licorne, chargée notamment du soutien des 8.000 casques bleus de l`Onuci, a été déployée après la tentative de coup d`Etat des FN en septembre 2002.

Cette force, qui comptait plus de 5.000 hommes au plus fort de la crise, a progressivement réduit ses effectifs, notamment après la signature en mars d`un accord de paix à Ouagadougou visant à réunifier le pays, encore coupé en deux entre un Nord tenu par les FN et un Sud contrôlé par les troupes loyalistes.

Lors d`une tentative de reconquête du Nord par les loyalistes, en novembre 2004, neuf soldats français avaient été tués dans un bombardement à Bouaké (centre).

En réaction, l`armée française avait détruit une partie de l`aviation
ivoirienne ce qui avait déclenché une vague de violences antifrançaises sans précédent et l`évacuation de 8.000 expatriés, en majorité français.

Licorne, qui coûtait environ 250 millions d`euros par an à la France début 2007, est encore la plus importante opération extérieure française devant le Kosovo (près de 2.000 hommes) et le Liban (près de 1.600).

Publié dans politique

Commenter cet article