Cinq ans après, Tiken Jah de retour à Abidjan

Publié le par inconu

La reggae-star est depuis la nuit dernière à Abidjan pour ses deux spectacles au pays. Avant d’embarquer de Bamako, il a livré son message de réconciliation. De folles rumeurs circulant à Abidjan font état de l’annulation de vos deux concerts des 8 et 15 décembre à Abidjan et à Bouaké. Qu’avez-vous à dire à vos fans et aux Ivoiriens au sujet de votre retour au pays ?
Je voudrais tout de suite rassurer tout le monde quant à mes deux rendez-vous dans mon pays. Je serai bel et bien là. Mes musiciens, “Les Djely’s”, sont déjà à Abidjan. Moi-même, je suis en transit à Bamako après une tournée en Europe et je rentre à Abidjan où j’anime une conférence de presse au Tiama. Ces rumeurs ne sont donc que des rumeurs car tous les Ivoiriens, à tous les niveaux, sont engagés dans le processus de la réconciliation et de la paix. Ces concerts se veulent donc historiques, pour cimenter la paix retrouvée. A juste titre, plus de 50 journalistes du monde entier seront avec vous pour constater ce retour musical au pays. Les autres frères musiciens tels que Ismaël Isaac, Fadal Dey, et une dizaine d’autres seront avec moi pour un hymne à la paix. Je promets à tous mes frères et sœurs que nous revisiterons tous mes titres de “Mangecratie” à “L’Africain”, autant qu’ils le souhaiteront. Justement, vous venez d’une tournée européenne dans le cadre de la sortie de “L’Africain”. Comment jugez-vous l’accueil réservé à votre dernier opus en Occident ?
Après avoir fait 30 scènes prestigieuses en France, en Belgique et en Suisse ces dernières semaines, je suis comblé par le succès de cet album. Figurez-vous qu’à trois mois de mon spectacle à l’Olympia, la salle affichait complet! Mieux, je suis actuellement classé 4ème au Top 50 après Vanessa Paradis, Pavarotti et Manu Chao. D’ici à la fin de ce mois, je recevrai un disque d’or pour “L’africain”.



Vous évoquiez plus haut, votre retour musical au bercail. A quand le retour définitif, c’est-à-dire votre installation au pays ?
J’aimerais bien rentrer le plus tôt possible. Je resterai quelques jours à Abidjan après le concert, avant d’aller jouer à Dakar le 12 décembre. Puis je rallierai Bouaké pour le concert du 15. Après quoi, je verrai sur place ce qu’il y a lieu de faire. Notamment pour l’achèvement de ma résidence à Yopougon. Cela me tient à cœur de prendre les dispositions pratiques pour la finir et venir l’habiter. Cela dit, l’accord de Ouagadougou qui favorise la décrispation actuelle nous oblige tous à nous réconcilier. Aussi bien les politiques que les citoyens ; en ce qu’il est un accord qui désarme, qui identifie, qui réunifie, qui conduit à des élections. Même si l’opposition est un peu critique, elle n’en est pas plus ou moins silencieuse à son égard, puisqu’il établit un climat de paix. Et par amour pour la paix et pour notre pays, nous devons tous l’accepter. Soit ! Mais ce discours réconciliant peut-il être le vôtre face à votre aîné Alpha Blondy, avec lequel les rapports paraissent tumultueux?
Alpha Blondy est mon grand frère, vous l’avez dit. A ce titre, je lui dois du respect. C’est grâce à lui que nos parents ont accepté que nous fassions du reggae. Je suis souvent étonné des critiques acerbes qu’il porte à mon endroit dans les journaux. J’ai cependant reçu son manager à Paris pour un rapprochement, une réconciliation. Car, étant les deux stars mondiales du reggae, nous constituons une chance pour la Côte d’Ivoire que nous ne devons pas gâcher. Quel exemple montrerons-nous aux autres que nous voulons réconcilier, si nous-mêmes sommes opposés ? Je suis ouvert à la réconciliation avec mon grand frère. Je suis d’accord pour que toutes les bonnes volontés qui peuvent œuvrer au rapprochement entre lui et moi, le fassent. Cela ne veut pas dire que j’oublie et je pardonne toutes les invectives. Au-delà, je réaffirme que nous sommes obligés d’être ensemble.

Publié dans Culture

Commenter cet article

taffara 20/07/2009 20:01

Bonjour Monsieur Janier, je suis Monsieur TAFFARA de France, est ce vous qui m'avez écris des courriers récemment ?
Car je reçois des courriers venant de vous, quand vous étiez Ambassadeur en côte d'Ivoire, je vous remercie de me confirmé, si c'est vraiment de vous, Merci.
Bien amicalement.
Et bonne retraite...