Côte d’Ivoire – France : Le pétrole booste le volume des échanges commerciaux

Publié le par inconu

Après une période de stagnation, exportations et importations reprennent entre les deux pays. Du 10 au 14 décembre derniers, des hommes d’affaires français, représentant plus d’une dizaine d’entreprises de la région bordelaise, ont fait une mission d’affaires en Côte d’Ivoire. Cette mission matérialise un renouveau des relations commerciales bilatérales entre notre pays et la France. D’ailleurs, les entrepreneurs bordelais ne s’en sont pas cachés lorsqu’ils avouent que leur souhait est de profiter du début de sortie de crise pour relancer les échanges commerciaux sur le marché ivoirien, incontournable en Afrique de l’Ouest. Ce, d’autant plus que malgré la crise qu’elle a durement vécue, la Côte d’Ivoire se maintient comme le premier partenaire de la France au sein de la zone franc (23,6% de marché). Et le volume des échanges commerciaux entre ces deux pays (statistiques de 2006 de la mission économique de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire) le démontre. En effet, les échanges commerciaux ont progressé en 2006 de 17,5% pour atteindre 1,3 milliard d’euros, soit 852,228 milliards de francs CFA, après avoir enregistré une contraction au cours des cinq précédentes années. Cette croissance profitable à la Côte d’Ivoire découle d’une hausse régulière et forte de la demande, par la France, du pétrole brut ivoirien (+676%). Alors que jusqu’en 2004, ce produit était inexistant dans les exportations ivoiriennes en France. Dans ces échanges, la balance commerciale ivoirienne est devenue excédentaire alors que son solde commercial avec la France avait toujours été déficitaire, c’est-à-dire que le pays achetait beaucoup plus à la France qu’il ne lui vendait. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire apparaît comme le 4ème partenaire commercial français en Afrique subsaharienne avec un volume global d’échanges estimé à 7,6% en juin 2007, venant ainsi après le Nigeria, l’Afrique du Sud, et l’Angola. Mais au sein de la zone franc, le pays reste incontestablement le premier partenaire français (23,6% de volume des échanges) devant le Cameroun et le Sénégal. S’il est vrai que les exportations ivoiriennes en France se portent bien, il n’en demeure pas moins vrai que les importations françaises en Côte d’Ivoire tiennent elles aussi bon après avoir connu une certaine stagnation due à la situation de crise. Elles ont augmenté de 6,4% ces dernières années pour s’établir à plus de 391,369 milliards de FCFA (597 millions d’euros). Cette embellie provient de la relance des importations par la Côte d’Ivoire de céréales et plantes industrielles françaises (blé tendre, semoules, tabac brut, etc.), mais aussi de nombreux autres biens de consommation, d’équipements professionnels et de biens intermédiaires…Comme quoi, la France maintient sa place de premier partenaire économique (import et export confondus) dans un environnement ivoirien devenu fortement concurrentiel.

Commenter cet article