Côte d'Ivoire: André Janier, ambassadeur de France en Côte d'Ivoire à propos du visa biométrique - "Le visa biométrique n'est pas une mesure discriminatoire"

Publié le par inconu

Le visa biométrique n'est pas une mesure discriminatoire à l'égard de la Côte d'Ivoire». A travers ces propos, l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire a tenu à lever, hier, toute équivoque sur les motivations de la réforme du visa des pays de l'espace Schengen.

Il a fait cette déclaration à la faveur de la présentation du visa biométrique, au service des visas, au Plateau. Le diplomate français a expliqué que le visa biométrique est aujourd'hui une innovation moderne, suivie dans beaucoup de pays en Europe et même en Amérique. Il a indiqué que la mesure est déjà en vigueur dans beaucoup de pays de l'espace Schengen. Pour les représentations françaises à travers le monde, André Janier a avancé que la France a décidé de procéder par étape. Ainsi, la réforme est appliquée dans dix nouveaux consulats chaque mois. Selon le diplomate français, des pays voisins de la Côte d'Ivoire comme le Mali utilisent déjà le visa biométrique. L'ambassadeur André Janier a soutenu que cette réforme a été introduite pour sécuriser les visas. «On peut frauder sur le nom, sur les prénoms, sur la date de naissance, mais on ne peut pas frauder sur les données numériques», a-t-il laissé entendre.

GA_googleFillSlot("AllAfrica_Story_Inset");

Avec le visa biométrique, la comparution devient obligatoire pour toutes les personnes. Les seules exceptions sont le chef de l'Etat, le chef du gouvernement et les enfants de moins de six ans. Désormais tous les ministres et les autres chefs d'institutions sont tenus de se présenter au consulat pour faire enregistrer leurs données.

Après l'intervention d'André Janier, une séance de démonstration a été faite avec le directeur du service des visas, Jarrier Dominique. Il a expliqué le processus à l'aide de ses appareils.

Cette cérémonie de présentation du nouveau visa s'est déroulée en présence de représentants des compagnies aériennes, des ministères et des institutions.

Commenter cet article