Processus de paix - Le début du désarmement annoncé dans deux semaines

Publié le par inconu

arme.jpgLe général de division Philippe Mangou des FANCI et son homologue Soumaïla Bakayoko des FAFN, se sont une fois de plus rencontrés hier à Yamousssoukro. Et ce, dans le cadre de la réunion hebdomadaire du Centre de commandement intégré (CCI). Cette séance de travail qui s’est déroulée en présence de M. Bouréïma Badini, le représentant du facilitateur Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire, a été sanctionnée par une déclaration à la presse du commandant du CCI, le colonel Nicolas Kouakou. Il a révélé aux journalistes le mobile de ce conclave qui aura duré un peu plus de deux heures de temps. “Nous sommes venus encore une fois à Yamousssoukro pour faire le point de nos activités comme cela est de coutume chaque semaine pour avoir l’avis des deux chefs sur les avancées de nos travaux”, a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que plusieurs points ont été débattus au cours de cette réunion. Il s’agit, selon lui, du point à mi-parcours de la sécurisation des audiences foraines et de la libre circulation des biens et des personnes sur toute l’étendue du territoire national. “Nous avons estimé qu’il y avait trop de postes de contrôle sur les différentes routes. Et ceci porte un coup dur à l’économie ivoirienne. C’est pourquoi nous avons convenu, en accord avec les deux généraux, de faire disparaître certains de ces postes de sorte à faciliter la fluidité routière ”, a-t-il expliqué. Non sans mentionner les avancées des audiences foraines à l’exception de trois tribunaux basés à Abidjan où les éléments du CCI ont constaté un début timide. A la question d’un journaliste de savoir où ils en sont avec l’opération de démobilisation et de désarmement des ex-rebelles, le colonel Nicolas Kouakou a répondu ceci : “Nous avons reçu des consignes dans ce sens et nous allons travailler rapidement pour que d’ici une semaine,les deux chefs d’état-major corrigent le travail que nous proposerons pour démarrer effectivement le processus de désarmement, puisqu’il y a l’actualisation du chronogramme ”, a-t-il souligné.Notons que cette rencontre de Yamousssoukro a vu la participation de plusieurs autorités militaires. Parmi lesquelles l’on peut citer le Général Gueu Michel, conseiller militaire et des représentants des forces impartiales.

Publié dans politique

Commenter cet article